Crise du COVID 19 : et si c’était finalement une opportunité ?

Que ce soit pour les salariés ou pour les entreprises, transformons la crise en opportunités. Voici nos piste de réflexion !

 

Salariés, pourquoi c’est le bon moment pour vous questionner et/ou vous former ?

 

Nous trouvons très appropriées les réponses et les explications concrètes données par le gouvernement et la Fédération de la Formation Professionnelle, dans la vidéo ci-dessous.

 

Et nous vous proposons également, les réponses plus détaillées de notre experte en Formation et Psychologue du travail, Stéphanie Arnoult, qui assure les Bilans de Compétences chez Concerto RH :

 

1° La pandémie actuelle transforme notre rapport au travail 

Nous vivons une crise où le monde retient sa respiration, la perd et respire à nouveau. Nous vivons une période sans précédent dans laquelle nous manquons de repères: économiques, environnementaux sociétaux… Face à ce nouveau contexte, dont on ne maîtrise que peu les conséquences à court et long terme, nous nous posons individuellement et collectivement un certain nombre de questions sur nos choix et le chemin que nous souhaitons emprunter. C’est dans ce type de contexte que l’Histoire a montré l’émergence de belles innovations, solidarités et opportunités.

Nous avons à la fois le temps et la nécessité de réfléchir différemment, sans pouvoir faire référence à nos façons de faire habituelles. Presque naturellement nous allons donc nous tourner vos nos propres ressources internes, familiales, amicales, nous permettant de mieux toucher du doigt ce qui nous anime. Quand l’environnement devient chaotique nous nous recentrons également sur notre proactivité, nous cherchons des rituels d’apprentissage différents. C’est de cette alchimie que vont pouvoir naître de réelles opportunités nouvelles. Nous avons la possibilité de voir ce qui est important en termes de sens. Certain parlerons de chemin de vie, de chemin professionnel. Et ainsi, peut être, passer du faire à l’être, dans un contexte qui va nous demander une grande détermination.

 

2° Cela va changer des choses concrètes dans nos entreprises après le confinement

Pendant deux mois, pour aurons (pour la plupart) télétravaillé ou vécu du chômage partiel. Nous aurons ainsi, d’une certaine façon, pu prendre de la hauteur et du recul sur nos activités professionnelles.

Individuellement chacun aura pu mettre en place une organisation nouvelle, des rituels, une méthode et un rythme de travail qui lui est propre. Les relations avec les collègues, l’encadrement, le management va aussi évoluer. C’est une expérience de vie forcément formatrice, avec des échecs, des réussites…. Une expérience qui va mettre en exergue de nouvelles capacités et de nouvelles conditions de travail possibles. Aussi, après le 11 mai, il va être nécessaire de se questionner et peut être d’essayer de poser de nouvelles bases.

La reprise de l’activité économique risque de prendre plusieurs mois. Les économistes évoquent déjà une récession (dernière prévision du PIB à -8%) et un retour de l’inflation, qui va demander à chaque entreprise de se challenger, parfois de se réinventer. Et cela va demander aux salariés une implication plus forte, mais également de se réinventer eux-mêmes. C’est surement là que se situe la véritable opportunité !

 

3° Ces bouleversements nécessitent un accompagnement spécifique

Dans ce contexte, nombre de salariés vont se questionner sur leur place dans l’entreprise, la place du travail dans leur vie et le sens de leur travail actuel. C’est une période qui demande un management et un accompagnement différent au sein des entreprises, avec un travail important tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

Face à tous ces questionnements, il semble primordial d’avoir une excellente connaissance de ses ressources internes, de ce qui est important ou non, ce qui nous correspond ou non. Le bilan de compétences est un outil particulièrement ajusté, car il peut être réalisé en toute autonomie, à votre rythme. Vous êtes accompagné dans votre réflexion par un professionnel de la méthodologie d’investigation. Cela vous permet de pousser et de sécuriser votre réflexion, puis de la finaliser par la création d’un plan d’actions concret.

Si vous êtes intéressé(e), mais que vous ne savez pas comment vous pouvez le financer,  contactez-nous ! 

 

 

Entreprises : sortir de la crise par le haut !

Comment transformer une période d’incertitude en réelles opportunités pour une entreprise ? C’est la question que nous nous posons tous en cette période de déconfinement, face à l’enjeu d’une crise qui devrait durer. La réponse viendra de notre capacité à réagir avec agilité. Notamment en remobilisant nos CODIR, par la valorisation de l’entreprenariat, de la créativité et de l’expérimentation.

« Mêlant urgence et besoins, les crises sont souvent des accélérateurs de l’innovation. Celle liée à la pandémie de Covid-19 n’échappe pas à la règle. La crise sanitaire a notamment dopé le déploiement de la fabrication additive des industries. » (Usine Nouvelle, Science-friction : COVID19, un virus accélérateur d’innovation). Il s’agit donc bien ici d’agilité : être capable d’ajouter rapidement un nouveau produit différent à son catalogue, avoir l’audace de se réinventer s’il le faut, de changer de cap, de transformer le négatif en positif…

Selon FORBES, les trois qualités d’un PDG efficace en temps de crise sont : communiquer clairement, agir avec conviction et traiter les éventuels licenciements avec empathie. Je partage cette vision, mais je souhaite donc, vous l’avez compris, y ajouter une quatrième qualité : l’agilité.

Mais qu’est-ce que l’agilité concrètement ? « L’agilité n’est pas un nouveau modèle qui viendrait se substituer au précédent. L’agilité n’est pas une simple méthode. C’est un nouvel état d’esprit, une nouvelle habileté pour s’adapter, innover et interagir » (HBR France, Et si la performance passait simplement par l’agilité). Tout un programme, qu’il est plus facile de décrire que de réaliser. Alors comment s’y prendre pour favoriser sa propre agilité et celles de ses cadres avec congruence ?

Première étape, s’inspirer du leadership transformationnel, pour incarner une vision motivante à long terme, qui permet aux équipes de mieux surmonter les difficultés du quotidien et de se dépasser collectivement. Un type de leadership qui est donc plus performant pour fédérer et accompagner le changement en temps de crise.

Deuxième étape changer également son mode de management, en proposant un pilotage collaboratif, c’est-à-dire des groupes de travail transverses, en capacité de trancher sur différents sujets importants de la vie de l’entreprise. Les avantages : mieux capitaliser sur les acquis de chacun, faire émerger plus facilement les nouvelles idées et opportunités, fluidifier les échanges, faciliter la prise de décision… Bref, autant de leviers qui permettent de gagner en agilité !

En cette période de reprise la mobilisation des CODIR est donc clé. Il est important que celui ci soit mobilisé, orienté vers le même objectif :se réinventer

Et vous quelles sont vos pistes pour sortir de la crise par le haut ? Partagez-vous notre vision ?